Lunettes de Soleil Esquimaux

Accueil / Articles Courts / Lunettes de Soleil Esquimaux

En ce premier jour de chaleur estivale où ta plus grande préoccupation ce matin fut de savoir quel short / tshirt / bob Ricard allait inaugurer cette saison merveilleuse faite de promiscuité inconfortable en terrasse parisienne ou de roulades dans les prés en province – car c’est ce que font les provinciaux – voici, l’accessoire de l’été : les lunettes de soleil Inuits !

Lunettes de soleil inuits
100 – 600 ap. J.C.
Découverte sur le site de l’île St Lawrence Island, Ketngipalak
© Galerie Flak

Sous le Soleil des Tropiques

Dans le Nunavik, région du nord Canada, il fait jour quasiment continuellement la moitié de l’année sur un paysage fait de glaciers, de toundra et de forêt boréale. Les Inuits habitant cette région ont depuis toujours été confrontés aux conditions extrêmes de ce climat polaire et si le froid mordant est d’après toi l’élément le plus rédhibitoire à ton installation dans ces superbes contrées, c’est pourtant le soleil qui est le plus à craindre.
Les étendues enneigées reflètent et intensifient violemment ses rayons, à tel point que la luminosité est parfois telle qu’elle peut causer une cécité temporaire – mais néanmoins handicapante – que l’on nomme « cécité des neiges ».
Or les Inuits ont longtemps vécu de la chasse et de la pêche et quand on ne voit rien il va sans dire que le résultat est nettement plus aléatoire que lorsqu’on voit bien.

Les Inconnus 
Extrait du sketch « Les Chasseurs » 
Années 1990

Ces lunettes « iggaak » en inuit sont traditionnellement sculptées dans du bois flotté mais on trouve d’autres matériaux tels que l’os (de baleine par exemple), les bois de caribou ou l’ivoire de morse et même des herbes séchées.
Plus ou moins ouvragées et sculptées de motifs géométriques, elles sont maintenues par une lanière que l’on noue à l’arrière de la tête.
Pour prévenir toute dangereuse réflexion solaire, les lunettes sont parfois enduites de suie dans leur face interne, offrant ainsi une protection supplémentaire au porteur.

Peuple Thule, Région nord Baffin,
Ivoire de baleine
Entre 1200 et 1600 ap. J.C
© Canadian Museum of Civilization

Qui a Vu, Verra

L’usage et l’étude de ces lunettes a permis de constater qu’elles ne permettaient pas seulement de protéger les yeux des réverbérations du soleil sur la neige mais qu’elles amélioraient aussi l’acuité visuelle. La vision centrale des chasseurs est en effet favorisée en concentrant la vision sur un champ large mais étroit conditionné par la taille des fentes pratiquées dans les lunettes.
Ces iggaak amélioraient également la vision des myopes et des presbytes car elles stimulent la vue de loin et périphérique.


Lunettes du Sébastien Tellier inuit ?
Culture de l’île St. Lawrence « Yupik » (côte ouest de l’Alaska)
Premier quart du XXe siècle
©National Museum of Natural History (Alaska)

 

Certes elles ne t’apportent pas l’illusion de t’accaparer un peu de l’allure d’un Tom Cruise ou d’une Audrey Hepburn lorsque tu les portes ; mais leurs qualités sont tout de même remarquables ! Lâche Tom Cruise et ses Ray Ban sur la banquise ou Audrey dans la toundra pour voir, ça la ramènera moins d’un seul coup tu verras.

Tom dans Top Gun

 

Audrey dans Breakfast at Tiffany’s

 

 

 

Suis et aime Objets d'Histoire ici
Les articles du même thème

Laissez un commentaire