UN MEUBLE FONTAINE POUR SE LAVER LES MAINS, TRAVAIL SUISSE OU AUTRICHIEN DATÉ 1616

Accueil / / UN MEUBLE FONTAINE POUR SE LAVER LES MAINS, TRAVAIL SUISSE OU AUTRICHIEN DATÉ 1616

EXTRAIT DU DOSSIER

On sait que l’hygiène au début du XVIIème siècle n’était pas celle d’aujourd’hui. Les grandes épidémies propagées par l’eau croupie portent la population – fortunée ou pauvre – à se méfier de l’eau. La propreté est donc définie par rapport aux règles des monastères et des abbayes : il faut se laver les mains, le visage et les pieds uniquement. Autre témoin de l’hygiène, les chansons de geste relatent les habitudes de l’époque ; ainsi, le héros se lave les mains avant de manger. Les livres de courtoisie insistent sur l’importance de se laver les mains avant et après être passer à table. Les nouvelles pièces de la demeure Renaissance aristocratique ou bourgeoise doivent donc être pourvues du mobilier nécessaire permettant de respecter les règles d’hygiène et de courtoisie.

Les maisons bourgeoises et urbaines de la Renaissance sont construites en pierres ou sont en bois, à colombages, sur un sous-bassement de pierre. L’isolation n’est pas précisément le domaine le mieux maîtrisé à l’époque. Les cheminées et brasero sont les seules sources de chaleur. Afin de conserver cette chaleur, les habitants usent de plusieurs stratagèmes comme recouvrirent les murs et les sols de tapis et de tapisseries ou encore de boiseries. L’habitude d’installer des boiseries débute à la fin du Moyen-Âge en Europe de l’ouest et s’étendra jusqu’au XIXème siècle. Augustin-Charles d’Aviler (1653-1701) dans son cours d’architecture de 1691 nous précise l’intérêt des boiseries dans les maisons : « Les boiseries rendent les lieux secs et chauds et, par conséquent, sains et habitables, peu de temps après qu’ils ont été bâtis ; outre qu’ils épargnent les meubles dans les pièces d’une moyenne grandeur et les plus fréquentées, car si elles sont boisées, il ne faut pour les meubler que quelques miroirs et tableaux qu’on attache sur les panneaux. Les boiseries servent encore à corriger les défauts dans les pièces comme un biais ou une enclave causé par quelque tuyau de cheminée à côté duquel on pratique des armoires dont les guichets (les portes) conservent la même symétrie que le reste. »

Les boiseries sont donc non seulement un isolant thermique mais également un élément de décoration. Ajoutons aux propos d’Aviler que le bois sert également d’isolant phonique.

Les boiseries se retrouvent ainsi appliquées dans toutes les demeures aristocratiques et bourgeoises européennes. Elles prennent un caractère utilitaire lorsqu’on y aménage des armoires. Afin d’allier la qualité isolante du bois à un espace de rangement, les boiseries doivent couvrir une surface importante de la pièce et puisqu’elles deviennent élément décoratif et utilitaire, elles respectent nécessairement le goût de l’époque à laquelle elles sont réalisées.

Peu de boiseries d’époque XVIIème siècle on été conservées en l’état. Pourtant, voici l’exemple du château de l’Isle, sur le canton de Vaud en Suisse. Au XVIIème siècle, Charles de Chandieu (1658-1728) alors propriétaire de la demeure seigneuriale décide de le rebâtir. Charles de Chandieu est alors capitaine au service du royaume de France et lieutenant-général des armées du Roi Louis XIV. Le mobilier d’origine a entièrement disparu, cependant l’édifice a conservé un bel ensemble de boiseries d’époque XVIIème siècle, notamment dans le salon et la salle à manger :

 

 

Capture d’écran 2016-07-29 à 13.53.28Voici donc un exemple intéressant pour notre recherche. La salle à manger entièrement couverte de boiseries d’époque XVIIème siècle est pourvue d’un meuble fontaine comme celui que nous présentons. La photographie ne nous permet pas de voir en détail les décorations de ce […]

CLIENT

PIPAT Antiquités
Suis et aime Objets d'Histoire ici